Culture

Lectures de juillet

Bonjour à tous !

Vous ne le savez peut-être pas, mais j’adore lire. J’ai entre 400 et 500 livres dans ma bibliothèque (si j’étais honnête avec vous, je dirai « éparpiller dans toute ma chambre »), dont l’inventaire n’est toujours pas fini (c’est toujours sur ma liste des choses à faire…) ! Du coup, j’ai vu qu’un grand nombre de blogueurs/bloggeuses faisaient ce genre d’articles, alors j’ai décidé de l’adopter aussi 🙂

Cet été, comme je n’ai pas pu beaucoup lire en français (chose que je vais corriger l’année prochaine !), j’en profite pour lire en français !

Donc, voici ma sélection de juillet !

FullSizeRender (5)

 

  • Noir comme la mer (All by Myself, Alone) de Mary Higgins Clark

J’adore les livres de Mary Higgins Clark ! Ma grand-mère m’en offre souvent, et j’aime beaucoup les histoires et son style d’écriture.

Et pourtant, c’est la première fois que je suis un peu déçue…

L’histoire se passe sur le Queen Charlotte, un bateau de croisière luxueux. Un assassinat est commis : celui de lady Em, une femme riche, et dont le collier le plus précieux vient à manquer. D’autres tentatives de meurtres sont perpétrées, et on arrête enfin le meurtrier.

J’ai bien aimé l’histoire, mais l’action tarde à venir. Je comprends pourquoi : il faut poser l’histoire et décrire un temps soit peu les personnages ainsi que leurs histoires et leur caractère, afin de mieux s’identifier à eux (ou pas) et de s’y retrouver. Mais il y a beaucoup de personnages (après tout, c’est une croisière, il ne va pas y avoir que 2 personnes à bord !). Par contre, l’énonciation est différente selon les points de vue des personnages, ce qui est plutôt agréable, vu le grand nombre de points de vue.

Après, j’aime beaucoup comment les histoires des personnages s’emboîtent : tout se rejoint et c’est très bien fait.

Mais bon, l’histoire est un peu… Bateau (désolée pour le jeu de mots XD j’ai pas pu m’en empêcher !), et ce n’est pas un livre que j’ai lu en une traite. J’ai beaucoup plus aimé La Boîte à Musique, et ses collaborations avec Alafair Burke.

Pour finir, j’aime le petit clin d’oeil fait au Titanic, et notamment à Céline Dion avec le titre en anglais (Aaaaalllll by Myyyyseeeelf… Don’t wanna be aaaalll byyyy myyyyseeeelf !!). J’espère que vous n’aurez pas la chanson en tête.

 

 

  • Le couple d’à côté (The Couple Next Door) de Shari Lapena

Au départ, je me sentais très mal à l’aise : des parents qui vont dîner chez leurs voisins en laissant leur bébé seul, bonjour l’irresponsabilité ! Alors, même s’ils allaient voir le bébé toutes les 30 minutes, on devrait quand même leur offrir le prix des pires aprents de l’année (s’ils ne sont pas coupables !). Tu m’étonnes que le bébé ait disparu !

Mais bon, j’ai quand même tenté, et au final, c’est un bon livre. Pas exceptionnel, mais il est loin d’être un navet !

Vous savez, en général, quand je lis un polar, j’aime bien réfléchir, être l’enquêtrice et essayer de démêler l’intrigue pour trouver qui a commis le crime. Et bien là, c’est ce qu’il s’est passé ! Vers le milieu du livre, on sait qui a enlevé le bébé et pourquoi, mais retournement de situation : celui qui a orchestré l’enlèvement s’est fait doubler ! Un très jeu de marionnettiste, avec une personne qui tire toutes les ficelles. Et ça, j’aime bien. C’est différent.

On n’a pas des personnages qui sont tout blancs ou tout noirs. Ils ont des nuances : personne n’est parfait. Plus on en apprend sur les personnages, plus on doute. Ils ont une personnalité propre.

Après, petit bémol pour le motif de l’enlèvement… Le marionnettiste, il faut qu’il revoit ça, parce que c’est… Bidon.

Le dernier chapitre, par contre, est plutôt surprenant, et nous laisse sur un « cliffhanger »… Suspense !

Bref, j’ai beaucoup aimé ce livre. J’avais pas mal d’appréhensions, mais au final, je ne suis vraiment pas déçue !

 

 

  • Leona, les dés sont jetés, de Jenny Rogneby

Un braquage de banque perpétré par une petite fille, avec pour seules armes un ours en peluche et un magnétophone. Autant dire que cette histoire m’intéressait beaucoup ! Une histoire pas banale, une protagoniste, des sujets bien traités et intéressants. J’ai lu le premier quart du livre sans souci. Et puis, l’histoire m’a prise au dépourvu, puisqu’on découvre que Leona, notre protagoniste, a participé à l’élaboration de ce braquage… Ça m’a mise très mal à l’aise. En général, je préfère savoir ce genre de choses à la fin. Mais j’ai quand même continué pour voir. (Vive la curiosité !)

Contrairement aux autres livres, j’ai eu du mal à le finir. L’auteur a beau essayé de nous faire comprendre que Leona a des doutes, qu’elle s’en veut, cela n’excuse pas tout.

Mais comme tout autre livre, il a aussi de bons côtés ! Il aborde plusieurs sujets dont l’addiction au poker, les problèmes de couple (quel travail est le plus important, comment on voit la femme, impact de l’addiction au poker sur la famille, les enfants qui préfèrent tel parent, etc.). Et il les aborde sous un angle précis : la cause et la conséquence : pourquoi en vient-on à commettre un crime (au niveau psychologique, surtout) ? Qu’est-ce qu’entraîne les problèmes d’argent ?

J’ai quand même aimé ce livre (en même temps, il faut en faire beaucoup pour que je n’aime pas un livre… Genre, The Essex Serpent…), mais plus pour les sujets qu’il aborde que pour l »histoire et les personnages. Et j’ai adoré la fin.

 

 

  • La tresse, de Laetitia Colombani

C’était un cadeau que j’ai acheté pour une amie (coucou Marie !). Et comme j’ai vu pas mal de retours positifs dessus, j’ai décidé de le lire avant de lui offrir (on ne sait jamais, je n’avais pas envie de lui offrir un livre nul… ><).

Je tiens à dire que c’est mon coup de coeur de l’été ! 3 histoires concernant 3 femmes différents, 3 histoires qu’on pense impossible à relier entre elles. Et pourtant…

J’ai adoré les personnages ; ce sont des battantes, des femmes qui ont du caractère, qui ne se laissent pas dicter leur conduite par la société. On s’y attache très vite, et tout le monde peut comprendre leur combat.

Les sujets abordés sont contemporains, d’actualité : les castes et l’éducation des filles de cette caste particulière en Inde ; le besoin d’évoluer et de changer avec le monde tout en conservant ses valeurs, et savoir trouver sa place ; et le cancer, la discrimination envers ceux qui en ont un, et la discrimination envers les femmes.

C’est le premier livre de Laetitia Colombani, et je tiens à dire que c’est une perle. Un vrai petit bijou. Il nous fait suivre l’histoire de Smita, Giulia et Sarah dans des lieux différents. Mais on s’y réfère quand même. Il nous fait réfléchir. Il dépeint la société dans laquelle on vit, avec ses défauts et ses qualités. Ce livre nous pousse à faire changer les choses. Et le titre est vraiment choisi, et se tisse à l’histoire d’une façon très subtile.

Très beau livre. J’ai hâte de lire ses prochains livres !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s