Assistanat, Lifestyle

La colocation : rêve ou cauchemar ?

Hello !

Je reviens aujourd’hui pour vous parler de la colocation. Il faut savoir qu’au début, la colocation me faisait peur. C’est pour ça que j’ai voulu avoir mon propre appartement, chose que j’ai amèrement regrettée. J’ai donc déménagé au cours de ma première année d’assistanat, pour aller dans une colocation à 7. Enfin, 6 au début. J’ai changé une fois de chambre (enfin 2, si on compte le fait que ma chambre n’était pas prête au début), et j’ai gardé cette chambre pour cette année.

La colocation : un avantage dans l’expatriation

Quand j’ai emménagé la première année, il n’y avait qu’une autre Française dans la maison, 2 Anglais, 1 Tchèque et le propriétaire. Un peu plus tard, la Tchèque est partie et Elena, une Italienne, est arrivée. Une seule chose à faire pour communiquer : parler anglais !

Du coup, mon niveau d’anglais s’est considérablement amélioré : entre les soirées jeux de société, les soirées films, les dîners tous ensemble, l’anglais prédominait. Il y a des fois où je parlais français avec l’autre Française, mais je parlais anglais 80% du temps.

C’est donc un gros avantage quand on s’expatrie : être dans une colocation nous fait pratiquer la langue du pays d’expatriation. Encore faut-il trouver une bonne coloc’, avec de bonnes personnes. J’ai eu cette chance, mais certains sont tombés sur des colocations horribles.

Les autres avantages : budget, cultures, etc.

Le partage de cultures est forcément un avantage : ça peut aller du simple partage de virelangues à des recettes de cuisine. Je sais maintenant faire du pesto, dire « j’ai mangé des galettes de pommes de terre avec de la compote de pommes » en allemand, préparer un gaspacho et prononcer « trentatrè trentini entrarono a trento tutti e trentatrè trotterellando ». Boom !

Notre salaire, même si on est très bien payé, ne peut pas nous emmener loin si le loyer est trop élevé. La colocation est donc parfaite pour notre budget d’assistant. Et les chambres sont généralement meublées !

La coloc nous permet aussi de rencontrer des personnes : c’est le cas des rencontres avec d’autres assistants, ou de colocs super sympas ! La coloc nous enrichit, et ça, ça n’a pas de prix.

Les inconvénients de la colocation

  1. Etre seule relève d’un challenge

J’aime bien prendre du temps pour moi, et j’apprécie la solitude quand j’en ai besoin, que ce soit pour bosser sur mes cours, créer des leçons, lire ou me faire des masques. Or, quand on est 7, on a souvent du mal à avoir un peu d’intimité. Entre ceux qui rentrent dans ta chambre sans frapper, ceux qui ne supportent pas d’être seuls ou ceux qui organisent une fête à l’improviste (sans te le dire, évidemment), la vie en coloc n’est pas de tout repos !

  1. Trop, c’est trop !

Vivre à 7 n’est pas de tout repos : imaginez être 5 à cuisiner en même temps, ou faire la queue le matin devant la salle de bain juste pour aller aux toilettes. Même si la maison est grande, il suffit d’inviter deux autres personnes pour se sentir à l’étroit. Rien qu’inviter les autres assistants à diner et nous faire tous rentrer dans la cuisine relevait de l’exploit !

  1. L’entretien de la maison

J’ai de la chance : la femme (ou ex-femme ?… C’est compliqué) du propriétaire vient une fois par semaine pour nettoyer les parties communes. Et quand on est 7, la maison se salit très vite, surtout quand certains de tes colocs ne comprennent les mots « ranger » et « nettoyer ». La femme du proprio vient tous les lundis : le soir même, la cuisine est redevenue le chantier qu’elle était avant : il y a des assiettes ou des poêles sur le bord de l’évier, des tâches de sauce, etc. Si c’est nettoyé rapidement, ça ne gêne pas (trop). Mais évidemment, ça reste là pendant des jours. Et pourtant, il y a un lave-vaisselle : facile à remplir mais apparemment dur à mettre en marche. Il faut faire appel à un public d’expert en lave-vaisselle… Vous comprendrez donc l’horreur quand je voyais du café moulu partout dans l’évier, ou des pâtes et des restes de semoule. Même les frigos sont sales ! Quand je suis arrivée à la coloc, une de mes colocs s’était étalée sur tout le frigo. J’ai rapidement vidé ses affaires, et ai découvert des tâches de soja partout, avec la bouteille vide ouverte au fond du frigo. Il y avait aussi de l’ail moisi sur mon étagère (et qui n’était pas à moi) ainsi que des olives pourries. Autant vous dire que j’ai viré tout ce qu’il y avait dans le frigo et que je l’ai nettoyé de fond en comble.

Au début, mon propriétaire habitait dans la maison. Une très bonne chose quand le chauffe-eau est mort et qu’il a fallu le remplacer. Il lui a quand même fallu 1 an pour se rendre compte que ce chauffe-eau était en train de décéder à petit feu. Maintenant qu’il a déménagé, si un problème peut attendre, il attendra. Ainsi, après 4 mois sans sèche-linge, il a miraculeusement été réparé. Par contre, le four n’a toujours pas été nettoyé.

  1. Les problèmes entre colocs

Je vais laisser de côté les problèmes de cœur (parce qu’il y en a eu, et j’ai réussi à passer outre ! Youhouh !). Je vais surtout parler des petits problèmes, comme le son BEAUCOUP TROP FORT, par exemple. Ma chambre est au-dessus du salon, et je pense que certains de mes colocataires étaient sourds. Je pouvais presque voir la télé dans ma chambre tellement le son était fort. Joie et bonheur quand on essaie de travailler.

Il y a eu d’autres soucis : un de mes colocs s’est mis à écouter la radio à 7h du matin sur son enceinte, dans la salle de bain. Selon ses dires, le son n’était pas fort. Sauf que tout l’étage a entendu. Sourd, je vous dis !

J’aime cette colocation : j’y ai rencontré des gens formidables, j’y ai appris des choses, et c’est une chose que je ne regretterai jamais. Mais cette année sera sûrement ma dernière année en colocation (je l’espère). Le fait d’établir des règles de vie commune est épuisant, parce qu’on pense que tout le monde ces règles de bienséance, mais non. J’ai hâte d’avoir mon petit chez moi, de pouvoir le décorer à ma façon.

Et vous, avez-vous déjà vécu en coloc’ ? Ça s’est bien passé ?

1 réflexion au sujet de “La colocation : rêve ou cauchemar ?”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s