Voyages

#UKgoestoItaly Derniers jours

Le troisième jour fut celui qui fut le plus chargé (on va oublier le fait qu’on a dû s’endormir vers 3h30 du matin pour se lever à 7h30, bien évidemment).

Cette fois-ci, nous étions 3 : Kathrin, Marie et moi. On a pris le métro pour rejoindre le château des Sforza, et ainsi atteindre le centre-ville plus facilement. On a donc atteint la place du Duomo, et on a traversé les Galleries Vittorio Emanuele II en appréciant la mode… étrange de Prada, les sacs de Gucci et le prix très abordable des gelati du coin (3,80€ une boule, honnêtement, pour l’endroit, c’est pas cher). L’édifice, vous vous en doutez, habrite des boutiques de prestige, des restaurants, et une librairie. Elle a été construite au XIXème siècle, et reste l’un des endroits incontournables de Milan. Sa traversée nous emmène place de la Scala, célèbre théâtre d’opéra ouvert en 1778. Concernant ce bâtiment, je tiens à dire que je suis déçue… l’intérieur de la Scala est magnifique, mais l’extérieur… est simple. Pas digne de la renommée de ce théâtre. Mais pour oublier l’extérieur, vous pouvez visiter l’intérieur pour 45€. Ou aller un opéra, ça sera plus rentable !

 

Nous nous sommes ensuite dirigées vers l’est de la ville, en passant par un magasin de chocolats, pour déguster leur chocolat chaud (le mien avait des noisettes dedans !). On est ensuite entrées dans l’église de Stefano Maggiore, qui accueillait un mariage très… rose. Puis nous sommes passées par l’université (qu’est-ce que j’aimerais étudier dans un endroit comme ça !) avant de rejoindre le sud de la ville.

 

C’est donc vers le Naviglio Grande que nous nous sommes rendues, en passant par la basilique de San Lorenzo Maggiore, construite entre 364 et 402, et les colonnes de San Lorenzo, ruines romaines datant du IVème siècle. Le Naviglio Grande, quant à lui, commença à être construit au XIIème siècle. Aujourd’hui endroit touristique, il est entouré de restaurants. C’est d’ailleurs dans un restaurant sicilien au bord du canal que nous avons mangé. Puis, nous sommes remontées vers le Duomo pour rejoindre Elena.

 

L’après-midi consistait en une visite du Duomo et de son musée. Le Duomo, ou Dôme pour les Français, est la troisième plus grande église du monde, et la deuxième plus grande cathédrale gothique. La cathédrale est construite sur les ruines d’une ancienne cathédrale et d’une basilique. Sa construction a commencé en 1387 et s’est achevée au XIXème siècle. Alors qu’elle devait être en brique, Jean Galéas Visconti, alors seigneur de la ville, décida qu’elle devra être en marbre. Quand on voit l’édifice, on comprend pourquoi autant de temps s’est écoulé pour la construire. Le nombre de statues, de petits détails sur la porte et sur la façade, l’intérieur… La cathédrale est gigantesque. Encore plus que Notre-Dame de Paris.

Le musée n’apporte pas grand chose, si ce n’est une vue sur les statues et la maquette du Duomo.

IMG_4775IMG_4851IMG_4855IMG_4864IMG_4867

 

Après un échec cuisant en voulant visiter le château pendant la supposée « happy hour », nous nous sommes rendues lentement vers le bar Yguanas pour, justement, leur « happy hour » : vous ne payez que le prix du cocktail et vous avez de la nourriture gratuite. Et certains cocktails sont impressionnants ! Le mien était servi dans un ananas. Et la nourriture était vraiment bonne ! J’ai adoré !

IMG_4875

Le dimanche était plutôt centré sur le repos. J’ai été faire les courses dans un supermarché avec Elena et Kathrin, puis nous avons mangé des pâtes au pesto préparées par le petit-ami d’Elena, et nous nous sommes mises en route pour Vérone, afin de déposer Kathrin à la gare. Sous la pluie, bien évidemment. Après avoir déposé Kathrin, nous sommes parties vers Padoue, ville où Elena étudie, et un bon petit plat nous attendait : un risotto aux champignons et au safran, préparé par Frederica, une colocataire d’Elena.

Le lundi était le jour du départ. Marie et moi avons pris le train de Padoue à Trévise, où mon aéroport préféré nous attendait (ironie –« ). On a quand même fait quelques courses avant de prendre le train. A Trévise, on a profité du soleil (la seule journée ensoleillée !! la seule !!) sur un banc en face du Duomo de Trévise (beaucoup moins impressionnant, tout d’un coup), avant de nous diriger vers la gare routière pour trouver un bus qui pouvait nous amener à l’aéroport…. C’était du sport ! Entre la vendeuse incapable de parler anglais, et le manque d’informations, je ne sais ce que était le pire. J’ai finalement fait confiance à mon téléphone, et on est montées dans un bus rempli d’adolescents, et Dieu que je préfère les adolescents anglais ! Ils sont plus polis !

 

 

Le retour s’est fait sous le soleil italien et la grisaille anglaise.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s